Les Héllébores : fleurs d’hiver au Jardin des Plantes

On peut admirer cet hiver quelques variétés d’héllébores au Jardin des Plantes, une fleur d’hiver encore méconnue et a priori plutôt énigmatique. Elles se cachent dans le Jardin Alpin et à l’entrée du parterre central.

Helleborus lividus ssp. corsicus : originaire de Corse, cette variété produit de fascinantes fleurs vertes pâles. Les feuilles dentelées sont également remarquables. Par temps ensoleillé, on peut admirer la lumière à travers les sétales (chez les héllébores, ce qu’on pense être les pétales n’en sont pas : il s’agit de sépales).  

Helleborus niger : surnommée la rose de Noël, c’est certainement la plus connue des héllébores. C’est une très belle fleur blanche qui loge en son coeur des étamines dorées. 

 

Helleborus orientalis var abchasicus : originaire de l’ouest du Caucase, c’est une variété très appréciée des horticulteurs qui la travaille par hybridation. Ici, c’est le jeu du pourpre piqueté de pourpre plus sombre qui fait le régal de l’observateur.

Les 3 variétés présentées au Jardin des Plantes ne sont qu’un avant-goût des collections horticoles : depuis quelques décennies, des passionnés multiplient les hybridations pour créer des cultivars bien surprenants.

Les Héllébores donnent des fleurs aux propriétés incroyables, puisqu’elles résistent au gel et offrent parfois ce spectacle étrange de fleurs dans un paysage de neige.  Plusieurs aspects peuvent interroger : il peut paraitre aberrant qu’une fleur s’épanouisse en plein hiver, période où les insectes pollinisateurs se font rares. D’ailleurs, les fleurs vertes ne sont-elles pas a priori peu propices à les attirer ? Enfin, si les sépales sont bien visibles, où sont passés les pétales ?

La fleur de l’Hellébore a quelques secrets à livrer… nous y reviendrons dans un prochain article.